Compte rendu de la journée du PAS ignatien – le 30/11/19

Journée Régionale du PAS Ignatien – 30 novembre 2019 (St-Etienne)

Des Membres du PAS Ignatien dans la région Auvergne-Rhône-Alpes se sont retrouvés durant une journée, afin de mieux se connaître, et se reconnaître participants de la même mission spirituelle ignatienne. 25 personnes s’étaient déplacées, représentant : Maison St-Joseph (07 – Vanosc), Srs St Joseph (26 – Valence), Chemins Ignatiens de Grenoble (38 – Grenoble), St Hugues (38 – Biviers), Chemins Ignatiens dans la Loire (42 – St-Etienne), l’Horeb (63 – Clermont-Ferrand), le Chatelard (69 – Francheville), le Véritable Ami (71 – Paray le Monial), et CVX par certains de ses membres.

La vie spirituelle pour tous

Après une rapide présentation mutuelle, nous avons abordé la thématique de l’ouverture pour tous à la vie spirituelle, que ce soit par des « recommençants » ou par des personnes qui découvrent la foi chrétienne. Le texte du P. Pousset a permis de préciser quelques enjeux des propositions faites à un tel public :

  • Aider à mettre des mots sur les expériences vécues, sur ce qui peut paraitre banal, insignifiant, le poids de l’humain, de tout l’être. Le quotidien peut être lieu de révélation par l’Esprit : cf. le sens que lui donne déjà la personne, en référence à son histoire, son enracinement ; respecter sa manière d’être et de dire, sa culture, ses épisodes souvent tumultueux
  • Se laisser toucher intérieurement, déplacer, sans saisir trop vite par la raison. Demeurer neuf, ouvert à l’imprévu (comme p.ex. pour l’auteur du texte, qui a accepté de se laisser surprendre par tel ou tel évènement de type charismatique)
  • L’expérience est nécessairement subjective ; la relier à l’historicité de Jésus-Christ, son contenu défini par l’Eglise
  • Attention à la réduction d’un évènement spirituel à du bien connu, et/ou la tentation de s’en débarrasser ; cf. en particulier les demandes de sacrement qui, sous des dehors trop convenus, peuvent recéler de vraies richesses spirituelles, souvent méconnues car sans connaissance suffisante ou parce que l’expérience est pesante, dérangeante
  • Même l’absence est trace spirituelle ; le désir de Dieu peut se dire dans la négation, le rejet… d’où prudence pour ne pas juger trop vite
  • Le catéchuménat est un beau lieu de découvertes, de croissance spirituelle ; les gens s’y expriment avec leur intelligence de la vie, leur désir de foi. Souvent ça déplace des représentations classiques ; s’adapter sans trahir… Idem pour des rencontres de Jeunes, qui ont leurs propres références et vocabulaires. Autre point : comment continuer après un parcours de catéchuménat ?
  • L’expérience de l’Esprit peut être tout intérieure ; inviter à verbaliser ce qui est le plus subjectif, reliant le présent à un itinéraire de désir. Sans enfermer dans des expressions plus ou moins ajustées (dogmatiquement) à la foi
  • Comment accueillir des personnes qui viennent d’autres univers « spirituels » (sectes, ésotérisme, voyance, new age, orientalisme, etc.) ?
  • Importance des médiations (jeûne, écologie, ennéagramme, développement personnel, marche, …) qui visent une entrée progressive dans le silence, la prière, l’intériorité
  • Sans doute pas besoin de tout faire sur le mode de l’accompagnement individuel ; mettre en place des groupes de recommençants, où l’on peut aussi se confier, dire une parole vraie, signifiant un soutien mutuel, une solidarité de croyants, une réelle fraternité. Cf. p.ex. la Fraternité « Pierre d’Angle », où le partage des richesses spirituelles de chacun fait grandir dans la confiance, l’espérance, donne d’oser sortir d’une certaine clandestinité ecclésiale (« on va à l’église quand il n’y a personne ») …
  • Question d’un lieu ouvert, accessible, discret et visible, avec une « famille » présente, accueillante, où il y a des visages (pas seulement des structures), à partager entre plusieurs entités

L’accompagnement spirituel

La question de l’accompagnement spirituel a été aussi largement abordée. Dire que celui-ci devient aujourd’hui une nécessité, pour des personnes et pour l’Institution Eglise, est une tautologie ! Un très grand nombre de gens y a recours, ou le demande instamment, en particulier trouvant dans cette démarche de foi la mise en situation, sans doute temporaire mais adéquate, d’une appartenance au Corps des croyants ; au nom de Jésus-Christ.

Bien des Membres du PAS Ignatien ont entrepris, de longue date, de mettre en place des formations à l’accompagnement spirituel. Et il y en a de toute sorte ! Bien sûr, les Centres spirituels sont en première ligne (Chatelard, St Hugues, Vanosc), mais les Chemins Ignatiens peuvent aussi trouver leur manière de faire entrer des fidèles – en proximité et qui s’y sentent appelés – dans ce type de formation ; on a cité Le Véritable Ami, l’Horeb, les Ch. Ign. de Grenoble.

Cela est essentiel afin de pourvoir les nécessités ecclésiales qui s’accroissent. Par ailleurs, dans ce domaine, rien n’est jamais acquis de façon définitive ; il y a toujours besoin d’y revenir, en des sessions de formation permanente. L’idée, sur le plan régional, est que tout le monde ne fasse pas tout, mais sache ce qui existe, et envoie des personnes à des propositions choisies selon le niveau de compétence.

Dans la lignée de cette réflexion, la question de la supervision arrive tout naturellement… Comment, de fait, accompagner les accompagnants ? Des groupes de relecture d’accompagnement existent ; ça n’est pas toujours simple, en particulier question discrétion lorsque l’environnement géographique est assez restreint. Il faut aussi former des personnes aptes à devenir animateurs/trices de ces groupes. Cela se met en place assez naturellement dans le cadre d’une retraite (selon les ExSp ou non) ; c’est moins facile pour des accompagnements « dans la vie », où les accompagnants sont dispersés. Il sera bon de diffuser une information sur ce qui existe, et ce qui peut être proposé.

Pour aller plus loin

Durant plusieurs années, des responsables de lieux (Centres spirituels, Chemins Ignatiens et CVX ), dispensant des formations à l’accompagnement spirituel, se sont réunis avec profit autour de cette question de la formation. Animés par Leo Scherer avec Brigitte Wiel, ils se retrouvaient 2 fois par an, et organisaient une journée par an de formation permanente au Châtelard à destination des accompagnateurs spirituels ignatiens de la région. Léo et Brigitte ayant souhaité passer la main, et les personnes présentes désirant poursuivre cette concertation, il est décidé de continuer sur cette lancée en ouvrant davantage sur l’ensemble des propositions spirituelles.

Avec donc deux occasions de rencontres, qui pourront être maintenues :

  • A l’automne : pour les responsables des Membres du PAS Ignatien, une reprise de ce type de concertation, correspondant bien à la nécessaire communication des réalités spirituelles et propositions de chacun.
  • Au printemps : une journée de formation (au Chatelard) destinée à un public plus large d’accompagnateurs/trices spirituels impliqués dans les propositions des Membres du PAS Ignatien

Le PAS Ignatien n’a certes pas à se substituer aux réalités institutionnelles, bien en place dans les divers lieux, mais apporte son concours à la mise en œuvre de synergies profitables à tous. Pour l’organisation de ces rencontres, il est bon que soient aussi associées à leur préparation des personnes impliquées dans l’un ou l’autre lieu ignatien effectif de la région.

Patrice de La Salle

Publié dans Chemins Ignatiens.